«Temps du confinement : internet dans notre couple, dans notre famille »

Internet est depuis longtemps notre réalité quotidienne. Si nous n’avions pas à notre disposition différents outils de communication en ce temps de confinement, les relations à nos proches, nos possibilités de travail,  d’études, d’achats… seraient bien plus compliquées encore qu’elles ne le sont dans ces circonstances particulières.

L’outil informatique fait partie de notre paysage immédiat : dans le salon, dans le bureau ou la chambre, est-il seulement  un meuble, un objet ? Ou une personne de la famille ? La remarque peut sembler provocante, et pourtant… il n’est pas rare que j’entende une personne en entretien me dire : « Mon mari me trompe avec son ordinateur »… D’autres me confient que leur époux/se, passe ses soirées sur le canapé du salon ou au lit… devant sa propre tablette ou son téléphone…

Si nous savons tous qu’internet est un moyen incroyable d’ouverture vers le monde, vers l’universel, vers une communication immédiate et aisée, le paradoxe est qu’il peut être aussi pour le couple un empêcheur de communiquer ! Par son côté chronophage, c’est-à-dire mangeur de temps, par son aspect essentiellement personnel,  il retire aux conjoints de l’espace à deux, du temps pour deux, des occasions de communiquer vraiment… et  en prolongeant les soirées de l’un ou de l’autre, il va jusqu’à décaler le temps du coucher, et éventuellement l’accès à la sexualité,…

Mais ne mettons pas sur le dos de l’outil, ce serait facile et injuste, tout ce qui nous permet de nous défiler ! Me coucher tard, passer plusieurs heures dans le tête-à-tête non conflictuel avec mon ordinateur, est-ce que cela ne m’arrange pas un peu ? Ne serait-ce pas, dans certains cas, une fuite : fuite devant une relation conjugale routinière, difficile, pesante, distante ? Fuite devant certains soucis personnels ou professionnels ? De plus, les satisfactions offertes  sont nombreuses, dans la mesure où elles ouvrent des champs quasi illimités de connaissance, de distraction, de relation, et il est souvent difficile de s’arrêter. Les séries addictives sont construites ainsi ! On imagine alors combien l’attrait de l’outil peut se glisser dans la moindre faille de communication, de désir ; et combien l’écran pourra s’interposer entre les deux personnes d’un couple peut-être un peu fragile pour altérer une relation déjà aux prises avec des difficultés…

Et le téléphone ? Quel comportement avons-nous? Comment avons-nous instauré un mode d’utilisation pour chacun dans la famille? Un savoir-vivre du téléphone ? Les ados  se sentent au bout de leur vie dès que leur portable n’est plus dans leur champ de vision. Et nous ? Un père de famille disait combien il trouvait insupportable que ses enfants aient leur portable à table ; mais lui-même ne savait jamais s’en éloigner !  Quelle volonté mettons-nous en œuvre –par exemple, sommes-nous capable d’éteindre notre portable de travail dans les temps familiaux ?  Derrière cela, quelle cohérence éducative ?

A faire en famille   Se pose en effet  la question éducative par rapport au téléphone, qui peut faire, plutôt qu’un combat de chaque jour, une matière à une discussion familiale (selon l’âge des enfants), dans laquelle chacun sera invité à dire ses besoins et proposer un cadre permettant une vie familiale sereine. Je crois vraiment (voir chroniques précédentes) à ces temps de partages familiaux, mini conseils de famille qui évitent aux parents d’ériger des lois qui ont tant de mal à être respectées, car les deux parties n’ont pas eu l’opportunité de co-construire une charte de bon usage, c’est-à-dire un contrat accepté par les deux parties.

A faire en couple  Ce temps dont nous verrons un jour la fin, en nous laissant confinés pour la plupart dans nos maisons et appartements, a fait la part belle à tous ces appareils de communication. C’est précisément le moment de faire le point, calmement, et pas en situation de colère ou de conflit. Proposons-nous d’y réfléchir ensemble : Qu’est-ce que nous aimons particulièrement faire sur l’ordinateur, la tablette ? Des recherches ? Des jeux ? Du courrier ? Regarder des films, des séries ? … Qu’est-ce qui est le plus important pour nous ? Pourquoi ? De quel temps avons-nous besoin quotidiennement, ou chaque semaine pour notre usage de l’ordinateur ? Y a-t-il des domaines sur lesquels nous  serions d’accord pour réguler notre usage personnel de l’outil informatique ? Qu’est-ce qui est peut-être difficile à supporter pour notre conjoint ? Qu’est-ce qui peut être négocié ?  Quelle alternative ?  Attention, pas en ouvrant la boite des reproches, mais plutôt en exprimant nos ressentis et nos besoins :  Comment j’ai besoin d’un espace personnel, et si oui, pourquoi je ne veux pas t’en parler , ou bien, comment je me sens, lorsque tu passes du temps si près et si loin de moi, comment je vis le fait que tu discutes, échanges, sans partager avec moi ; comment nos soirées nous accordent du temps ensemble ou pas… et ensuite : ce que je peux te proposer, ce que nous voulons mettre en oeuvre  ensemble pour une meilleure qualité de relation conjugale…

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s