« Couple confiné : qu’est-ce qui change dans notre communication ? »

jeudi 27/3/20

La communication conjugale est un sujet dont on n’aura jamais fait le tour… et qui occupera l’espace de plusieurs chroniques.

En couple « H24 », comme disent certains, dans un espace partagé : c’est ce que vivent déjà plus ou moins ceux des équipiers qui liront ces lignes et vivent, depuis un moment déjà,  le temps de la retraite. Ceux-là sont entrés, de manière prévue, dans un temps différent  qui leur laisse le loisir d’occupations distinctes, d’une vie à deux qui a pu se définir, dans le meilleur des cas, de manière à ce que chacun trouve son équilibre. Ce qui n’est pas toujours si facile : J’ai en consultation conjugale nombre de ces couples qui peinent à définir et à bien vivre cet équilibre délicat de  la retraite. Or aujourd’hui, retraités ou actifs, couples au long cours ou jeunes ménages, avec ou sans enfants présents, nous voilà tous logés à la même enseigne du confinement…

Un rappel : parler, communiquer, ce n’est pas la même chose ! Parler : Quel besoin avons-nous chacun de parole, de silence ? Nous ne sommes sans doute pas égaux sur ce point comme sur d’autres. Soyons attentifs particulièrement ces jours à cette première donnée : chacun des deux a –t-il son espace suffisant de silence (lecture, méditation.. ; ou rien du tout), ou de parole partagée ? Prenons le temps de réfléchir – nous connaissons notre conjoint ; de chercher ce qui lui plaît –nous sommes attentifs à son bien-être ; de lui poser la question – nous cherchons à vraiment nous faire proche…

Car c’est là que commence la véritable communication, qui n’est pas bavardage, mais échange. Et avant d’entrer dans un sujet ou un autre, offrons nous un temps non inutile de méta-communication. C’est-à-dire « communiquer sur notre manière de communiquer ». Est-ce que lorsque je te parle je suis attentif(ve) à ce que ce soit pour toi le bon moment ? Et sinon, est-ce que je suis capable de patienter ? Est-ce que je respecte ton rythme ? Est-ce que nous nous offrons de bonnes conditions pour échanger ? Est-ce que nous attendons un moment de calme (les enfants couchés… le télétravail terminé…) ? …

Car, rappelons-le, le principe de base de la communication est de mettre en phase un émetteur et un récepteur. L’émetteur c’est toi, le récepteur c’est moi, alternativement ; les deux voyants émetteur et récepteur doivent être au vert : sinon le risque est que la parole soit perdue ; ou mal entendue ; ou pas prise au bon niveau d’importance ; avec les suites possibles : « tu ne m’écoutes pas (variante : … jamais)… et même des ressentis négatifs, qui peuvent s’accumuler (« Je ne me sens pas entendu(e)…. Comment suis-je encore important  pour lui/elle ?)

Ce qu’il me semble important de dire aujourd’hui, c’est que cette mise en place d’une suffisante qualité de communication est préalable  aux sujets abordés, quelle que soit leur importance. Et le temps de confinement ne nous en dispense pas, bien au contraire ! Et la qualité de notre communication conjugale (et familiale aussi, évidemment) dépendra aussi de notre bienveillance à l’égard de l’autre. La bienveillance, un mot essentiel.

Prochaine chronique : Couple confiné et communication : la bienveillance

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s